Protéger les élèves avec un purificateur d’air pour les salles de classe

Purificateur d'air pour salle de classe

Une étude montre que les écoles doivent accorder la priorité à la qualité de l’air intérieur

L’un des rares points positifs de la pandémie a été l’augmentation spectaculaire des fonds consacrés à la sécurisation des écoles. Afin d’utiliser au mieux cet argent, les écoles doivent envisager non seulement de disposer de ressources suffisantes pour le présent, mais aussi de se préparer pour l’avenir. 

La qualité de l’air intérieur est un élément essentiel de la sécurité des écoles qui a longtemps été négligé. 

Pourquoi la qualité de l’air est-elle si importante dans les écoles ?

La raison la plus immédiate d’améliorer la qualité de l’air est la prévention de la transmission de maladies. Des études ont montré que la grande majorité des épidémies de COVID se sont produites à l’intérieur, notamment dans des bâtiments mal ventilés. Et il n’y a pas que le COVID. Les interventions liées aux bâtiments ont permis de réduire la propagation de nombreuses autres maladies infectieuses transmises par voie aérienne, notamment le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), la tuberculose, la rougeole et la grippe.

La qualité de l’air intérieur va devenir de plus en plus importante, car le changement climatique, la mondialisation et l’urbanisation contribuent à créer un environnement qui rend les pandémies encore plus probables. 

Mais la question de la qualité de l’air va bien au-delà de la transmission de maladies et soulève toute une série de problèmes de santé, notamment une diminution des capacités cognitives.

Pourquoi la pollution est-elle dangereuse pour les enfants ?

La pollution atmosphérique est constituée d’une combinaison complexe de gaz, de solides et de particules liquides en suspension. Ce mélange contient de nombreux ingrédients toxiques, dont l’ozone, le dioxyde de soufre et le monoxyde de carbone, qui peuvent tous causer de graves problèmes de santé.  Mais, le composant qui semble le plus dommageable sont les particules PM 2,5.

Les PM 2,5, également appelées particules fines, proviennent généralement de la fumée, de la poussière et des gaz d’échappement. Les PM 2,5 sont 30 fois plus petites que la largeur d’un cheveu humain moyen, si petites qu’elles peuvent rester en suspension dans l’air pendant de longues périodes et s’infiltrer dans les bâtiments et dans notre corps. Les particules ultrafines sont encore plus petites, moins de 0,1 micromètre de diamètre. Leur taille minuscule les rend presque impossibles à contrôler. 

Les particules PM 2,5 sont si petites qu’elles peuvent même passer directement du nez au cerveau, en contournant la barrière hémato-encéphalique. Et elles ne voyagent pas seules. À la surface de ces particules se trouvent toute une série de contaminants, notamment des composés chimiques et des métaux.

Une fois dans l’organisme, les PM peuvent avoir des effets dévastateurs sur le corps. L’exposition aux PM2,5 a été liée à des problèmes cardiaques, pulmonaires et cérébraux, voire à une mort prématurée. 

Les enfants sont particulièrement vulnérables aux effets néfastes de la pollution atmosphérique. Par exemple, près d’un enfant sur treize souffre d’asthme, qui est déclenché par des allergènes couramment présents dans les écoles, et constitue la principale cause d’absentéisme scolaire pour cause de maladie chronique.

La pollution extérieure peut pénétrer dans les écoles, ce qui a un impact sur le développement neurologique et les résultats scolaires et peut même entraîner des cancers chez les enfants. 

Quel est l’état actuel de la qualité de l’air dans les écoles ?

La plupart des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) des écoles sont conçus pour le confort, en se concentrant sur le contrôle de la température et des polluants courants. Mais peu d’écoles sont équipées pour faire face à des problèmes plus complexes de transmission de maladies et de pollution. Ceci est particulièrement important car l’air intérieur est généralement 2 à 5 fois plus pollué que l’air extérieur.

Actuellement, la plupart des écoles ne respectent même pas la norme minimale, à savoir environ cinq litres d’air échangé par seconde et par personne (l/s/p). Par exemple, dans une étude portant sur 100 salles de classe, 87 avaient un taux de ventilation inférieur aux normes minimales recommandées.

Comment pouvons-nous améliorer la qualité de l’air intérieur dans les écoles ?

Une étude récente recommande que les fonds supplémentaires soient utilisés pour apporter les changements d’infrastructure suivants dans les écoles.

  • Mettre en service les bâtiments et examiner les systèmes existants.
  • La mise en service est le processus qui consiste à vérifier les performances des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation pour s’assurer qu’ils fonctionnent comme prévu. Cela signifie que les écoles doivent être régulièrement inspectées par des professionnels qualifiés afin d’identifier et de résoudre les problèmes liés aux bâtiments. Dans le cadre de cet entretien régulier, des capteurs doivent être installés pour surveiller les concentrations de CO2 en temps réel afin de s’assurer que les systèmes de ventilation fonctionnent correctement.
  • Ventilez avec de l’air extérieur propre. 
  • La recirculation de l’air non filtré est malsaine, surtout en cas de pandémie. L’ouverture des fenêtres et des portes peut diluer les concentrations de virus en suspension dans l’air, ce qui réduit le taux de transmission… 
  • Utilisez des traitements de purification de l’air fondés sur des preuves

L’air recyclé doit toujours être filtré à l’efficacité la plus élevée possible pour la conception du système. Les schémas de circulation de l’air doivent être régulièrement examinés pour s’assurer qu’un flux d’air suffisant est maintenu à travers le filtre.  Les écoles doivent également s’efforcer d’obtenir une valeur minimale de rapport d’efficacité (MERV) de filtration MERV13 ou supérieure.

Utilisez des purificateurs d’air pour les écoles et salles de classe avec une filtration HEPA (High Efficiency Particulate Air).  

Les purificateurs d’air pour salle de classe qui utilisent des filtres HEPA sont une autre option pour améliorer les exigences de ventilation. Les purificateurs d’air peuvent augmenter considérablement l’apport d’air pur dans une salle de classe et constituent souvent une mesure rentable pour améliorer l’air intérieur.

Envisagez d’autres approches de purification de l’air fondées sur des preuves.  

Si l’amélioration de la ventilation et de l’épuration de l’air par filtration n’est pas possible, d’autres technologies basées sur la science, telles que les lampes UV germicides dans les conduits ou les UV germicides dans les salles supérieures, peuvent être envisagées.

Regarder vers l’avenir

La pandémie a révélé de nombreux problèmes de société qui ont longtemps été mis de côté. Les infrastructures scolaires ont été chroniquement sous-financées. Le financement actuel offre une occasion unique et attendue depuis longtemps de faire en sorte qu’aucun enfant ne souffre des effets dévastateurs sur la santé ou des problèmes cognitifs causés par un air de mauvaise qualité.

Quitter la version mobile